Langue
Bonjour ! đź‘‹

Votre langue actuelle :

Autres langues disponibles :

Blog

Signes

blog-featured-La signification symbolique des blessures
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Reddit
Email
Les blessures, les accidents... Et si ce n'était pas un hasard...? Avez-vous déjà eu l'impression que la vie essayait de vous parler ? Que ce soit à travers un événement, un imprévu, une blessure, une maladie ? Qu'elle vous donnait un "signe"... ? Si oui, alors votre intuition a vu juste... Car derrière chaque accident, chaque blessure que nous rencontrons sur notre chemin, il y a un sens profond... Des clés pour réajuster notre vie dans une meilleure direction... 🔑

Les accidents, les blessures

Pensez Ă  la dernière fois que vous vous ĂŞtes blessĂ©… Vous avez peut-ĂŞtre fait tomber quelque chose sur votre pied, ou vous vous ĂŞtes coupĂ© en cuisinant ou vous avez “trĂ©buchĂ©”. Peut-ĂŞtre avez-vous Ă©tĂ© piquĂ© par un insecte lors d’une belle journĂ©e en plein air ou ĂŞtes-vous rentrĂ© Ă  la maison avec un coup de soleil… Saviez-vous que tous ces scĂ©narios contiennent une signification, des messages sur nos pensĂ©es, nos sentiments et nos comportements ?

Dans la formation IRSS, les Ă©tudiants apprennent le symbolisme non seulement dans les rĂŞves mais aussi dans les situations de la vie quotidienne. Lors de l’analyse d’une blessure, d’une maladie ou mĂŞme d’un “accident”, plusieurs facteurs doivent ĂŞtre pris en compte. Tout d’abord, nous pouvons examiner de manière gĂ©nĂ©rale le cadre : le moment et le lieu, quelles Ă©taient nos pensĂ©es ou Ă©motions au moment de la blessure. Selon que l’on se blesse au bureau pendant la journĂ©e de travail ou en sortant le soir avec des amis, l’interprĂ©tation sera diffĂ©rente. Bien sĂ»r, on peut toujours amĂ©liorer notre sĂ©curitĂ© de façon concrète, en amĂ©liorant certaines normes au travail par exemple ou en s’Ă©quipant diffĂ©remment selon les types d’activitĂ©s. Toutefois, mĂŞme malgrĂ© cela, nous pouvons toujours comprendre le sens profond d’une blessure, ce qu’elle nous apporte comme information au plan symbolique.

Une session de sport… trop intense ?

Voici un exemple basĂ© sur le tĂ©moignage d’un Ă©tudiant de l’IRSS, qui s’est rĂ©cemment blessĂ© au mollet lors d’un cours d’arts martiaux en groupe. Le fait de se blesser en faisant de l’exercice est liĂ© Ă  notre volontĂ©, Ă  notre dynamisme. Comme la blessure s’est produite dans un contexte de groupe, elle est liĂ©e Ă  la manière dont l’Ă©tudiant se rapporte aux autres et aux Ă©changes dans un contexte de groupe. Cela diffère d’une blessure lors d’une activitĂ© individuelle, par exemple, qui indiquerait plutĂ´t une tendance Ă  se pousser individuellement.

Chaque partie du corps a Ă©galement son propre symbolisme. Certaines d’entre elles sont probablement connues intuitivement ou peuvent ĂŞtre comprises, comme le lien de la gorge avec la communication, nos mains reprĂ©sentant la façon dont nous donnons et recevons, et le cĹ“ur symbolisant l’aspect moteur de notre Ă©nergie vitale (le coeur assurant concrètement la fonction d’une pompe) qui peut aussi ĂŞtre en relation avec notre façon d’aimer. Le dictionnaire Source Code est une ressource fantastique pour dĂ©couvrir la signification profonde des signes et des symboles. Mais mĂŞme sans ce dictionnaire, si nous ne connaissons pas la signification de quelque chose – dans le cas prĂ©sent, une partie du corps – il peut ĂŞtre utile de faire des recherches en ligne. Nous pouvons alors prendre ce que nous avons appris sur ses propriĂ©tĂ©s physiques et l’appliquer comme un symbole, un Ă©tat de conscience existant en nous.

La jambe : notre façon d’avancer dans la vie

Les muscles de la jambe supĂ©rieure sont parmi les plus grands et les plus forts du corps, ils sont donc liĂ©s Ă  la puissance et Ă  la force dans notre façon d’avancer. Le mollet, quant Ă  lui, a trait Ă  la propulsion – il nous pousse littĂ©ralement vers l’avant lorsque nous faisons un pas. (C’est le mouvement que faisait l’Ă©lève lorsqu’il s’est dĂ©chirĂ© le muscle du mollet). Ainsi, si les jambes reprĂ©sentent gĂ©nĂ©ralement la façon dont nous avançons dans l’action, les mollets reprĂ©sentent spĂ©cifiquement notre Ă©nergie initiale dans cette action. Les muscles du mollet sont Ă©galement importants pour l’Ă©quilibre, la posture et la stabilitĂ©.

MĂŞme la gauche et la droite ont des significations spĂ©cifiques : le cĂ´tĂ© gauche est liĂ© au monde intĂ©rieur et le cĂ´tĂ© droit au monde extĂ©rieur. Dans le cas prĂ©sent, c’est la jambe droite qui a Ă©tĂ© blessĂ©e, il s’agit donc d’une action concrète, physique, par opposition Ă  une progression intĂ©rieure plus figurative.

Lorsque la blessure s’est produite, les Ă©lèves se tenaient en cercle – renforçant ainsi le lien avec le groupe – autour de l’enseignante qui venait d’expliquer une technique. Elle s’est tournĂ©e vers notre Ă©lève pour lui demander de l’aider Ă  faire la dĂ©monstration. L’Ă©lève se souvient que “Ă  ce moment-lĂ , je me suis lancĂ© vers elle avec enthousiasme – trop – et je me suis fait mal. Je voulais faire du bon travail aux yeux de mon professeur, avec qui j’ai une très bonne relation et que j’admire, mais aussi devant les autres Ă©lèves.”

Les mémoires

Ici, nous pouvons comprendre un peu mieux l’Ă©lève en termes de mĂ©moires : les expĂ©riences, les pensĂ©es et les Ă©motions qu’il porte en lui, mĂŞme inconsciemment. Une partie de son ĂŞtre Ă©tait en contact avec des mĂ©moires de recherche d’approbation, de sentiment d’appartenance et de besoins de reconnaissance. Parfois, ce besoin très fort pousse l’Ă©tudiant Ă  entrer dans l’action de manière trop impulsive et trop Ă©nergique. Cela peut dĂ©stabiliser sa progression et, paradoxalement, finir par la bloquer.

Si nous pouvons considĂ©rer les blessures comme des messages sur les parties de nous-mĂŞmes que nous devons travailler, alors la gravitĂ© d’une blessure subie correspond Ă  l’urgence et l’intensitĂ© des mĂ©moires enregistrĂ©es en soi. Une simple Ă©gratignure indiquerait l’existence d’un lĂ©ger pourcentage auquel la personne blessĂ©e doit ĂŞtre attentive, comme un petit rappel pour recalibrer son Ă©nergie et attitude. Dans le cas prĂ©sent, mĂŞme si la blessure aurait pu ĂŞtre bien plus grave, la dĂ©chirure musculaire a suffisamment handicapĂ© l’Ă©tudiant pour qu’il prenne conscience de la nĂ©cessitĂ© de faire le point et de voir ce qu’il fallait changer.

La réparation

Le fait de devoir passer par le processus de rĂ©tablissement progressif avec acceptation et patience a mis en lumière d’autres choses Ă  comprendre. “Plus d’un de mes partenaires d’entraĂ®nement m’a fait remarquer que mon corps insistait pour se reposer”, admet l’Ă©tudiant. “Et je suis quelqu’un qui veut toujours faire “tout ce qu’il faut”. Le fait de devoir faire les choses plus lentement m’a Ă©galement fait rĂ©aliser Ă  quel point je me prĂ©cipite souvent.”

Le fait d’ĂŞtre blessĂ© peut aussi, de manière surprenante, nous amener Ă  reconnaĂ®tre ou Ă  apprĂ©cier ce dont nous n’Ă©tions pas conscients auparavant, car l’accident amène une intĂ©riorisation “forcĂ©e” en comparaison au mouvement trop Ă©missif qui entraine la blessure. L’Ă©tudiant a dĂ» s’appuyer fortement sur ses partenaires d’entraĂ®nement juste après sa blessure : “Je me suis senti très bien accompagnĂ©… cela m’a rapprochĂ©e de ce groupe particulier”, dĂ©clare l’Ă©tudiant. “En fait, cela m’a aidĂ© Ă  comprendre qu’il est normal de compter sur les autres, et cela m’a aussi fait du bien de partager mes sentiments de gratitude”.

La vie en symboles… 🙂

La prochaine fois que vous vous retrouverez avec une blessure, vous vous sentirez peut-ĂŞtre frustrĂ© et vous vous direz : “C’est juste une de ces choses qui arrivent”… Mais regardez plus loin 🙂. Acceptez-la comme une occasion de rĂ©flĂ©chir Ă  tous les aspects de ce qui s’est passĂ©, ainsi qu’aux pensĂ©es et aux sentiments qu’elle suscite en vous.  Pourquoi la vie a-t-elle crĂ©Ă©e une limitation ? Ensuite, vous pouvez travailler Ă  transformer ce qui est nĂ©cessaire pour dĂ©velopper vos qualitĂ©s et vous amĂ©liorer en tant que personne, sans dramatiser et en faisant de votre mieux intĂ©rieurement et concrètement…

Lire l'article au complet
Show
blog-featured-cest-quoi-lecoute-symbolique
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Reddit
Email
Avez-vous déjà eu l'impression que quelqu'un entendait ce que vous dites, mais sans réellement écouter ? Êtes-vous vous-mêmes parfois distrait(e) lorsque quelqu'un vous parle ? Êtes-vous réellement, sincèrement présent ? Ou y a-t-il une partie de vous qui essaie d'accélérer, de contrôler ou d'échapper à la conversation... ? Vous êtes-vous déjà demandé comment font certaines personnes, pour avoir cette écoute attentive qui donne l'impression que rien d'autre n'existe autour, juste le temps de cet échange... Qui sont pleinement présents ? C'est l'écoute symbolique, l'écoute avec les symboles... Qui fait comprendre les réalités cachés, et nous permet de connecter profondément avec l'autre...

Les symboles

La dĂ©finition et la signification des symboles – ce que nous appelons le langage symbolique – sont l’une des pierres angulaires de la comprĂ©hension du fonctionnement de la conscience humaine. Ce langage se rĂ©vèle essentiellement Ă  travers les rĂŞves, que nous apprenons patiemment Ă  dĂ©coder, afin de comprendre les messages qui nous sont dĂ©livrĂ©s pour nous guider dans nos projets, nos choix, nos dĂ©cisions, nos actes, nos paroles…

Le Centre d’enseignement et de recherche UCM a publiĂ© pour cela le Dictionnaire Le Code Source, une rĂ©fĂ©rence passionnante, incontournable, fondamentale, grâce Ă  laquelle il devient possible d’apprendre et comprendre, de manière autonome, les signaux de notre inconscient, les clĂ©s de nos mĂ©moires…

Ainsi, il devient “facile” – de plus en plus avec le temps – de faire la lumière sur nos zones sombres, notre invisible, les rĂ©gions enfouies en nous qui ne se dĂ©couvrent que si l’on dĂ©cide vĂ©ritablement de marcher vers elles.

Mais dans le souhait profond de se connaĂ®tre spirituellement se cache parfois une tendance rĂ©pandue de “voir juste l’invisible”, c’est-Ă -dire de ne s’intĂ©resser plus qu’Ă  ce qui se passe dans le monde intĂ©rieur, avec la consĂ©quence logique de s’Ă©loigner de la prĂ©sence concrète du quotidien, Ă  se lasser de la rĂ©alitĂ© environnante, voire Ă  la rejeter. On s’envole. On s’en va. Finalement, on se perd. Car il est possible de se perdre dans l’abstrait… Parce que l’on n’Ă©coute plus que soi. On ne s’intĂ©resse, parfois, plus qu’Ă  soi et Ă  son “Ă©volution”. Et on peut en oublier les autres.

L’Ă©coute

L’une des explications Ă  ce travers rĂ©side dans le fait que nous avons perdu l’Ă©coute. L’Ă©coute attentive Ă  chaque instant de notre vie. L’Ă©coute consciente. Tout comme il y a le langage symbolique, il y a aussi l’Ă©coute symbolique, vivante dans chaque interaction, chaque Ă©change, chaque geste. Chaque silence mĂŞme…

Voici un exemple particulièrement saisissant, extrait du tĂ©moignage d’une enseignante : lors d’une assemblĂ©e de classe, un Ă©lève s’est soudainement plaint d’un inconfort marquĂ© ressenti lors d’un cours sur la santĂ©.

   – Monsieur, j’veux plus y aller Ă  ce cours, ça me dĂ©goĂ»te, et la dame elle comprend rien, elle m’Ă©coute pas. Tout me dĂ©goĂ»te, ça me donne envie de vomir !

Des mots forts, un langage brut, presque brutal ; un visage crispé, tiré, méprisant, grimaçant…

   – De quoi avez-vous parlĂ©, JosĂ© ?

   – C’Ă©tait c’t’Ă©ducation sexuelle lĂ , ce truc dĂ©gueu, l’appareil masculin. Ça me dĂ©goĂ»te !

Lorsque l’on apprend ensuite que JosĂ© ne mange pas Ă  la mĂŞme table que son père, jusqu’Ă  se priver de repas, qu’ils ne se parlent pas, qu’il ne reçoit pas d’argent de poche, qu’il fait partie d’une fratrie de nombreux enfants nĂ©s de plusieurs mères, on commence Ă  comprendre pourquoi le système reproducteur masculin le dĂ©goĂ»te et pourquoi il ne veut plus assister aux cours d’Ă©ducation sexuelle.

Dans cette première Ă©tape d’accompagnement d’un jeune en dĂ©sarroi, aux prises avec la vie, l’Ă©coute symbolique revĂŞt une importance primordiale. Il s’agit pour l’heure de dĂ©celer les mĂ©moires en jeu, trouver les racines du mal-ĂŞtre, comprendre par le cĹ“ur quelle type de destinĂ©e s’est activĂ©e…

Nous avons certes un exemple particulièrement Ă©vocateur ici, presque “Ă©vident”, et pourtant… Si nous rĂ©flĂ©chissons bien, avec honnĂŞtetĂ©, Ă  notre journĂ©e d’hier, Ă  notre semaine passĂ©e, Ă  l’ensemble de nos jours – sommes-nous bien Ă  l’Ă©coute ?

Ils sont partout autour de nous

Il n’est pas besoin d’analyser un cas de maltraitance pour trouver des symboles ; ils sont partout… Comme des images qui nous aident Ă  comprendre ce que les autres vivent dans leur monde intĂ©rieur :

  • « Ah, l’hiver a commencĂ©, il fait vraiment un temps de chien… »
  • « Je me suis fait mal au dos hier, mais bon, tu sais bien il faut que je continue de m’occuper de tout ici, sinon rien n’avancera… »
  • « Mon tĂ©lĂ©phone est en panne ; je n’ai pas vu ton message ! »
  • « Toutes ces guerres dans le monde ; ça va mal… »

Mais cela peut ĂŞtre positif aussi, bien entendu :

  • « Je suis enchantĂ©e de mon dernier cours de musique avec mes amis ! »
  • « Comme c’est gentil de m’avoir offert ces belles fleurs. »
  • « J’ai vraiment bien dormi cette nuit… »

Lorsque l’on pratique l’Ă©coute symbolique, c’est comme si l’on ouvrait les yeux sur un nouveau monde. Tout prend un sens que l’on n’avait peut-ĂŞtre jamais soupçonnĂ©. Et grâce Ă  son amie la loi de la rĂ©sonance, ils forment un duo de guidance top niveau capables de nous en apprendre autant sur les autres que sur nous-mĂŞmes.

C’est cela, l’Ă©coute symbolique : entendre que derrière un dĂ©goĂ»t, il y a une souffrance… que derrière les froids hivernaux, il y peut y avoir un dĂ©but de dĂ©pression… derrière les fleurs, il y a des sentiments qui ne sont peut-ĂŞtre jamais dits, ou reçus…

Et vous, ĂŞtes-vous bien Ă  l’Ă©coute de la vie ? 🙂

Lire l'article au complet
Show
blog-featured-5-signes-qui-montrent-que-tu-es-spirituel
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Reddit
Email
Tu t’es toujours senti différent des autres. Tu te poses des questions auxquelles la plupart des gens n’ont pas de réponse. Tu observes les membres de ta famille et tu réalises des choses à propos d’eux dont ils ne se rendent même pas compte. Tu penses que tu as un problème ? Rassure-toi, c’est normal. Tu vis une ouverture de conscience. Tu es en train de devenir spirituel...

1 – Tu as l’impression de jouer des rĂ´les tout le temps

Quand tu étais plus jeune, tu aimais tellement les réunions de famille, jouer avec tes cousins, cousines, voir tes oncles et tantes, ou des amis de la famille. Mais depuis quelques temps, tu trouves cela différent. Tu réalises que ton oncle raconte toujours les mêmes histoires à propos de son travail et tu te forces à l’écouter. Quand elle te dit bonjour, ta tante t’embrasse toujours avec son rouge à lèvres qui dégouline sur ta joue, et elle te serre dans ses bras en te faisant presque une prise de catch. Et le pire c’est qu’elle ne s’en rend pas compte… 🙂 Ton cousin fait des blagues cochonnes pendant le repas et ça fait rire tout le monde, mais tu sens que sa femme en a assez et qu’elle se force à sourire depuis trop longtemps.

Et toi, au milieu de tout ça, tu restes celui ou celle qui est gentil avec tout le monde. Tu aimerais dire certaines choses, mais tu t’efforces de ne pas créer de malaise autour de toi car tu sais que cela pourrait casser l’ambiance. Alors tu te tais, tu souris, et tu continues à jouer ton rôle, comme tout le monde autour de toi…

C’est très fréquent quand on devient spirituel d’avoir l’impression de jouer des rôles avec les personnes qui nous entourent. Et c’est normal dans un premier temps, car pour se connaître en profondeur, il faut qu’on s’expérimente, qu’on “teste” tous les rôles qui existent pour mieux les comprendre. Il faut avoir été trop gentil pour comprendre la vraie gentillesse… Et il faut s’être fait écraser pour savoir où sont nos limites et les faire respecter… Tout comme il faut avoir été trop imposant avec les autres pour savoir jusqu’où on peut aller.

“C’est normal de jouer des rôles dans un premier temps… On expérimente notre personnalité… Jusqu’à ce qu’on trouve l’Essence de qui on est…”

Un jour, on arrive Ă  comprendre ces diffĂ©rents rĂ´les qu’on a jouĂ©, ou qu’on a vu autour de soi, et on comprend que certaines Ă©nergies ne crĂ©ent pas une Ă©nergie harmonieuse, et que d’autres peuvent crĂ©er au contraire une belle ambiance. On analyse le + et le – de chacun et on sait quels rĂ´les sont positifs, et lesquels sont nĂ©gatifs… Et on peut alors intĂ©grer en soi le cĂ´tĂ© positif de ce qu’on a expĂ©rimenté…

Et c’est en apprenant Ă  mieux se connaĂ®tre Ă  travers nos rĂŞves qu’on peut vraiment connaĂ®tre les facettes de notre personnalitĂ©. On peut voir dans nos rĂŞves nos besoins d’attention, nos envies de plaire, nos mĂ©moires de manque d’estime de soi, etc… Mais aussi notre Ă©nergie accueillante, notre gĂ©nĂ©rositĂ©, notre motivation, et l’ensemble de nos belles qualitĂ©s… Et en les Ă©tudiant, en les comprenant, on peut aussi mieux les reconnaĂ®tre quand elles se manifestent au quotidien, que ce soit en soi ou Ă  travers les gens qui nous entourent.

Avec l’ouverture de conscience qu’on vit quand on est spirituel, on peut se sentir très déstabilisé, car on découvre plein de parties de soi différentes, et notre personnalité peut se sentir fragmentée, ne plus savoir qui on est. Mais en pratiquant la méditation ou le Mantra, on peut retrouver une unité dans notre personnalité, savoir quelle est notre essence principale et la développer dans un sens qui est constructif pour nous-mêmes et pour les gens autour de nous. On n’a alors plus besoin de jouer un rôle, car notre personnalité est mieux unifiée, concentrée.

Alors on peut plus facilement réagir aux différentes énergies que l’on rencontre au quotidien… On est capable de parler à quelqu’un qui nous a manqué de respect, diplomatiquement, sans projeter notre dérangement sur l’autre. Et on est capable d’en laisser passer aussi, de ne pas être extrême dans notre réaction… Et on a de la compassion pour l’autre à ce moment-là, plutôt que de répondre par de la haine, car on revient à soi… On comprend que l’autre nous montre toujours une facette de nous-mêmes à travers la Loi de la résonance…

“Avec la Loi de la résonance, on comprend que l’autre est toujours une partie de soi.”

Car oui, ton oncle, ta tante et ton cousin sont toujours des parties de toi à transformer… Et si tu te sens dérangé par leur attitude, c’est qu’il y a quelque chose à comprendre de celle-ci, un pourcentage en toi qui résonne avec eux… Et si tu travailles dessus, que tu la transformes en toi, un jour tu ne seras plus dérangé, et tu arriveras à réagir de la bonne façon.

Quand on est spirituel comme toi, c’est notre responsabilité de travailler sur nous, de ne pas projeter notre dérangement sur l’autre. Et si on arrive à le faire un jour à la fois, une mémoire après l’autre, alors un jour on se sent unifié, confiant, et on n’a plus besoin de jouer des rôles… Car on sait qui on est, on sait qui est l’autre, et on sait exactement quelle est la juste énergie à adopter avec la personne…

2 – Tu cherches un sens Ă  ta vie

Quand tu vois les gens autour de toi, certains ont un bon travail, un bon salaire, mais tu sens qu’il manque quelque chose dans leur vie… Tu as l’impression qu’ils vivent dans une illusion… La matière est présente autour d’eux, ils ont une famille, mais ils n’ont pas l’air heureux profondément. Avant, tu ne t’en rendais pas compte, mais au plus tu observes les gens autour de toi, au plus tu comprends que la matière et l’argent sont des outils qui aident à créer la stabilité, mais ne sont pas la source du bonheur…

Alors tu te poses des questions et tu te demandes ce que tu fais là ? Pourquoi on vit, pourquoi on meurt ? À quoi ça sert d’avoir un travail, si on n’est pas heureux en le faisant ? Et qu’on pense plus à son salaire qu’à autre chose pour se motiver ?

Ces questions sont très importantes à se poser, et on retrouve souvent ces questionnements chez les personnes spirituelles. Car un jour, au plus on comprend la vie en profondeur, au plus on est conscient des illusions dans lesquelles vivent la plupart des gens. Mais en même temps, il y a un aspect essentiel à comprendre de tout cela, car les illusions ont leur place… L’Illusion est éducationnelle, et c’est bien important de ne pas l’oublier… Si tu dis à tes parents du jour au lendemain que leur mariage est une illusion car ils ne s’aiment pas vraiment, ou qu’ils ont passé 40 ans de leur vie à faire un travail qu’ils n’aiment pas, ils vont probablement pas très bien réagir… 🙂

“On ne devrait jamais imposer nos valeurs à l’autre, même si elles sont positives.”

C’est pour ça qu’il faut faire attention quand on est une personne spirituelle à ne pas devenir extrême par rapport au sens de la vie. Oui, toi tu as choisis de voir la vie plus en profondeur, et c’est super. Mais ce n’est pas parce que l’autre ne médite pas ou qu’il est trop matérialiste qu’il est une mauvaise personne… Peut-être que ton oncle raconte des blagues cochonnes aux réunions de famille, mais au moins il est une personne fiable, bien organisée dans son travail, un bon père de famille qui aime ses enfants… Et ça c’est important de ne pas l’oublier.

Le sens de la vie c’est quelque chose de tellement personnel et profond, et c’est pour cette raison qu’on ne devrait jamais imposer nos valeurs aux autres, même si elles sont positives. Car même le positif, s’il est imposé à l’autre, peut devenir négatif à cause de l’intention que tu y mets… Alors avant de parler du sens de la vie à ton oncle, tourne ta langue 7 fois dans ta bouche et fais attention à ne pas lui “retourner le cerveau” trop vite… Car il a besoin de ses étapes pour évoluer et développer des qualités qu’il ne pourrait pas développer autrement 🙂

3 – Tu ne te sens pas bien et tu ne sais pas pourquoi

Et pourtant tu as tout ce qu’il faut dans ta vie… Tu as un endroit où te loger, une famille, de la nourriture et de la matière en abondance autour de toi ; tu as tout pour être heureux mais tu ne l’es pas et ça te questionne. Alors tu vas voir un psy et il te donne un diagnostic : tu souffres de dépression. Il a raison, et en voulant bien faire il te prescrit des anti-dépresseurs. Ça t’aide et ça va mieux pendant un moment, mais quand tu arrêtes d’en prendre, c’est la chute libre. C’est les montagnes russes dans tes émotions alors que tout est calme autour de toi, et ça te met à l’envers…

Mais ce n’est pas la faute de ton psy. Il t’a conseillé au mieux de ses connaissances et les anti-dépresseurs ont leur place pour les personnes qui sont dangereuses pour elles-mêmes et pour les autres. Mais si tu veux vraiment guérir en profondeur, il est temps d’aller rencontrer tes mémoires… Ce sont elles qui créent ces décalages dans ta vie…

Et quand on comprend la réalité des mémoires, on se rend même compte que la dépression est une étape qui est parfois nécessaire pour certaines personnes… Car quelqu’un qui est déprimé est en train de vivre une ouverture de conscience… Et cela peut activer en lui une nouvelle force, un germe de renouveau qui n’aurait pas été possible sans cette émergence de mémoires. Toutes ces phases sont typiques des personnes spirituelles, et même si tu ne te sens pas vraiment déprimé, tu comprends ce que c’est et toi aussi tu vis des hauts et des bas sans savoir pourquoi.

“Ce sont les mémoires qui sont à l’origine de toutes les difficultés qu’on rencontre… Comme un ordinateur qui serait saturé de programmes…”

En effet, ce sont nos mémoires qui font qu’on ne se sent pas bien intérieurement… Et elles peuvent parfois nous faire agir de façon bizarre aussi… Comme de rejeter quelqu’un qu’on aime, avoir peur de l’amour, ou se sentir attiré par quelqu’un qui nous fait du mal ou qui nous manque de respect…

Tout ça, tu peux le voir dans tes rêves. Et en travaillant sur tes rêves, en les étudiant et en les comprenant, tu peux vraiment intégrer profondément pourquoi tu ne te sens pas bien. Et avec la pratique de la méditation, du Mantra, tu peux nettoyer tes mémoires, et ainsi te transformer de l’intérieur. Et là tu comprends enfin pourquoi tu te sens comme ça… Et tu peux recommencer à apprécier ce que la vie t’a offert.

C’est tellement important de rester dans la gratitude pour ce qu’on a reçu dans la vie, même si ce n’est pas parfait. On devrait toujours prendre un moment dans sa journée où on remercie la Vie, l’Univers ou Dieu, peu importe comment on l’appelle, pour tout ce qu’il y a de positif dans notre vie… Et un jour, si on cultive cet état d’esprit, on est même capable de ressentir de la gratitude dans les moments plus difficiles, négatifs… Car on comprend que le négatif est là pour nous aider à évoluer.

Si malgré tes efforts tu te sens toujours en difficulté, sens-toi bien à l’aise de prendre un rendez-vous à la clinique UCM. On sait ce que c’est de ne pas se sentir bien. On l’a tous vécu… Et si tu souhaites avoir des conseils de vie profonds sur ce que tu vis, tu peux être certain que tu seras compris et accompagné avec bienveillance…

4 – Tu aimerais changer le monde… mais tu ne sais pas comment

Quand tu regardes les nouvelles à la télévision, tu te demandes pourquoi on ne parle pas de sujets plus importants. C’est toujours le même refrain, la même énergie de crainte, d’insécurité qui plane. Tu en as assez et tu aimerais que les gens prennent conscience de la beauté de la vie, qu’ils sortent de leurs problèmes et arrêtent de s’en faire pour rien. Tu commences même à te demander s’il n’y a pas de complot quelque part…

Alors tu essaies de changer le monde autour de toi. Tu as des débats animés avec certains amis qui pensent différemment. On te traite d’idéaliste, mais tu résistes. Tu ne te laisses pas faire. Et parfois cela crée des tensions avec tes proches. Tu te mets en colère contre les personnes qui ont une vision de la vie trop terre-à-terre. Ou bien tu ne dis rien, et tu restes silencieux, mais tu te fais écraser par les opinions des autres… Hum…

C’est bien souvent de cette façon que va réagir une personne spirituelle : soit en étant trop dans le côté réactionnaire, extrémiste, soit en ne disant rien et en étant trop gentil. Ou parfois en passant de l’un à l’autre. Et un jour on comprend qu’on a beau essayer de sortir les meilleurs arguments du monde, si l’autre ne veut pas changer, il ne changera pas.

Mais en même temps, ce n’est pas une excuse pour éviter les conflits et ne jamais t’exprimer quand quelqu’un te demande ton avis. Il faut faire attention quand on est spirituel de ne pas fuir les dérangements qu’on peut avoir à propos de certains sujets ou de certaines personnes… Et se retirer de la société en se disant que de toute façon, on n’arrivera jamais à la changer…

“C’est le souhait profond de s’améliorer que chacun a en lui qui peut un jour changer le monde… Une personne à la fois.”

En effet, quand on est spirituel, parfois en ne sachant pas comment changer le monde, on préfère s’en retirer… Mais ce n’est pas une solution idéale. Si on veut changer une société, on doit aussi comprendre ses règles, ses fonctionnements, comment arriver à la changer de l’intérieur tout en respectant le rythme de chacune des personnes qui y vivent. C’est la même chose dans une famille, si on veut résoudre les conflits, partir n’est pas une solution, on devrait plutôt discuter, trouver des solutions ensemble pour avancer en faisant chacun des efforts.

Alors si tu veux changer le monde… Change-toi d’abord toi-même… Et tu verras que tes efforts positifs vont aussi un jour inspirer les autres. Si tu dépasses des problèmes ou des difficultés, cela peut un jour devenir un exemple pour les personnes autour de toi. Tu vas en parler avec plus de sagesse, d’expérience, et à travers ton vécu tu pourras toi-même aider les autres un jour si tu le souhaites.

Tu vas même changer ta façon de travailler, de parler à ta famille, à tes collègues… Cela va créer des questionnements autour de toi, on va te demander comment tu fais pour avoir une énergie comme cela… Et tu pourras leur dire que tu fais un travail sur toi, en toute humilité et sincérité… et il vont peut-être même un jour te raconter un de leurs rêves, car ils vont sentir que tu pourrais leur apporter des réponses… Et c’est à ce moment-là que tu comprendras que pour changer le monde, chacun peut faire un effort…

5 – Au fond tu le sais qu’il n’y a pas de hasard

À chaque fois que tu regardes l’heure, tu vois qu’il est indiqué 11h11 ou 07h07. Ça arrive souvent que tu penses à une personne et qu’elle t’appelle quelques instants plus tard. Parfois, tu te sens en connexion avec ce qui t’entoure et tu “sens” les choses avant qu’elles n’arrivent. C’est un fait : tu es en train de développer un de tes pouvoirs spirituels.

C’est ce qu’on appelle la clairsentience, la capacité à ressentir les choses autour de soi avec une sensibilité qui dépasse nos sens. Et cela fait partie des premiers signes qui montrent qu’une personne est spirituelle. La science démontre de plus en plus que tout ce qui existe dans l’Univers est connecté, relié d’une certaine façon, et que des événements qui semblent à première vue éloignés peuvent avoir un sens commun, un lien métaphysique…

On peut comparer l’Univers à un grand ordinateur vivant, où tout est calculé, précisément organisé pour que certains événements se produisent. Et quand on travaille sur soi, qu’on médite, qu’on étudie nos rêves, on est capable de “rentrer” dans cette trame, dans ce rythme de la Vie, qui nous amène toujours exactement ce dont on a besoin.

“L’Univers est un ordinateur vivant où tout est organisé.”

Mais est-ce que tu penses de cette façon quand tu marches dans un caca de chien ? Est-ce que tu penses comme ça quand tu as raté ton bus avant un rendez-vous important ? Est-ce que tu penses qu’il n’y a pas de hasard quand tu es dehors sans parapluie et qu’une pluie battante te trempe de la tête aux pieds ?… Hum…

Tout a une raison d’être dans la vie. Parfois, on ne comprend pas pourquoi sur le moment même, mais chaque situation, chaque difficulté ou chaque événement a une signification profonde pour notre évolution. Même les “petits” événements ont en réalité une place importante dans notre vie. Le simple fait d’aller aux toilettes peut être vu comme un geste banal, ou une purification profonde et dimensionnée… Respirer aussi, on le fait tous inconsciemment, mais quand on prend une bonne bouffée d’oxygène en conscience, qu’est-ce que ça fait du bien ! Sens-toi bien à l’aise de respirer profondément si tu lis ces lignes, je suis sûr que ça va te faire du bien 🙂

Alors continue à observer la vie, la ressentir, voir chaque chose qui t’arrive sous un angle d’évolution, de compréhension. Et avec le langage symbolique, même un caca de chien peut prendre un sens très profond et éducationnel… 🙂 Car quand on comprend le sens de ce qui nous arrive, on ne “subit” plus la vie ou les événements douloureux ; on intègre leur sens éducationnel, et on n’est plus jamais perdus ou dans l’incompréhension… On a une guidance profonde qui nous permet de s’y retrouver dans les moments de doutes…

Alors si parfois tu doutes de ton chemin… Demande des rêves… Demande des signes… Et tu verras que le Ciel et l’Univers vont t’aider… Pas toujours de la façon dont tu le penses, mais de la meilleure façon pour te faire évoluer… Car maintenant, tu es spirituel… Tu vois la vie différemment…

Alors, es-tu prĂŞt Ă  la changer ?

Lire l'article au complet
Show